"Je connais mes brebis et mes brebis me connaissent" dit Jésus

Le parler en langues.- 2

Abordons maintenant le sujet dans l Corinthiens 14 et que chacun s'examine et refasse ses devoirs.

Dès le début de son exposé, Paul met une balise en place : Aspirez aux dons spirituels, mais surtout à celui de la prophétie. Il s'explique aux versets 2, 3, 4 en disant : Celui qui parle en langue ne parle pas aux hommes, mais à Dieu. Il dit des mystères et PERSONNE NE LE COMPREND. Il s'édifie lui-même.

Celui qui prophétise au contraire parle aux hommes. Il les édifie, les exhorte et les console. Il édifie l'église. Au verset 5, Paul ne dit pas : Il faut, je veux, j'ordonne que tous parlent en langue , mais je désire dit-il. Il ajoute ce qu'il désire le plus à savoir : prophétiser. Paul a le souci de l'édification des saints, il désire les voir devenir une maison spirituelle. Paul a eu la sagesse de placer le parler en langue et prophétiser sur un même pied d'égalité à une seule et unique condition : Que celui qui parle en langue interprète ce qu'il dit. Il s'arrange pour se faire entendre ! qu'il interprète afin que le peuple de Dieu soit édifié. En interprétant ce qu'il dit, il s'édifiait, mais il n'édifiait pas que lui-même.

Le parler en langue est un signe pour les non-croyants ( verset 22 ) mais nos frères et soeurs, oubliant ou ignorant à qui le signe devait faire signe, éprouvaient une satisfaction personnelle à se faire entendre dans les assemblées. Paul dit qu'il ne serait d'aucune utilité pour les saints s'il venait à eux en parlant en langue. Il dénonce ceux qui rendent des actions de grâces par l'usage du parler en langue ( verset 16, 17 ). Ces prières, ces actions de grâces peuvent être excellentes, mais elles n'édifient personne dit-il. Personne ne comprend rien, personne ne peut dire Amen après ces prières ou actions de grâces. Alors, pourquoi s'entêter à les faire ? Paul n'a pas de complexe sur le sujet. Il dit aux Corinthiens qu'il parle en langue plus qu'eux autres. Mais dans l'église, il aime mieux dire cinq paroles avec son intelligence c'est-à-dire prophétiser que dix mille paroles en langue ( verset 18,19 ) OH ! 

D'où vient cette pratique anti-biblique ? D'où vient la pratique de chanter en langue, une chanson qui est déja dans notre langue maternelle ? Imaginons une assemblée de 50 personnes et on se met à chanter en langue, de quelle langue fait-on usage ? À la lumière de la bible, cela prendrait autant d'interprètes pour traduire ces langues.

Au verset 23 nous lisons : Si donc, dans une assemblée de l'église toute entière, tous parlent en langues, et qu'il survienne des hommes du peuple ou des non-croyants, ne diront-ils pas que vous êtes fous ? Mais si tous proprophétisent, ces hommes du peuple ou les non-croyants seront convaincus par tous, les secrets du coeur seront dévoilés, ils adoreront  Dieu. Ces hommes publieront que Dieu est réellement au milieu de vous ( verset 24 ). Je me suis déja fait ridiculiser lors d'une réunion par un pasteur des langues que ; l'assemblée dont je suis le dirigeant n'est pas comme la sienne, les saints ne prient pas en langues. Entre les lignes : La présence de Dieu n'est pas au milieu de nous. Or, ce n'est pas le parler en langue qui est le signe de la présence de Dieu au milieu de l'assemblée mais bien le fait de prophétiser. Ce n'est pas par une volonté d'hommes qu'une prophétie a jamais été apportée, mais c'est poussés par le Saint-Esprit que des hommes ont parlé de Dieu ( 2 Pierre 1: 21 ). Toute écriture est inspirée de Dieu, et utile pour convaincre, corriger, instruire dans la justice afin que l'homme de Dieu soit accompli et propre à toute bonne oeuvre ( 2 Timothée 3 : 16,17 ).

En quoi le parler en langues va-t-il convaincre, corriger et instruire s'il n'est pas suivi d'une interprétation ? Ce ne serait que de la glossolalie. Que celui qui parle en langue prie pour avoir le don d'interpréter ( verset 13 ).  

Voir le Le Parler en Langues.- 3