"Je connais mes brebis et mes brebis me connaissent" dit Jésus

Le parler en langues.- 4

Alors frères, que dit Paul, l'apôtre des païens ?

Au verset 26, Paul dicte la façon de faire sans contrefaçon. " Lorsque vous vous assemblez, les uns ou les autres parmi vous ont-ils un cantique, une instruction, une révélation, une langue, une interprétation, que tout se fasse pour l'édification ". L'assemblée doit être édifiée. Quand il s'agit d'édification de l'Église, la langue ne marche pas sans l'interprétation. Les deux sont pairés. On ne peut satisfaire son égo dans tel contexte.

Au verset 27, il continue " En est-il qui parle en langue, (que toute l'assemblée le fasse. Non, non et non !) que 2 ou 3 au plus ( pas plus que 3 mes amis ) parlent chacun à son tour ( pas en même temps ), et que quelqu'un interprète ". Quand vous vous arrangez pour vous faire entendre parler en langue dans l'Église de Dieu, il vous faut un interprète. Vous comprenez que plusieurs personnes ne peuvent pas parler en même temps en langue car cela prendrait autant d'interprète pour chacune d'elle. Encore une fois, comment vous sentez-vous en lisant tout cela ? Hors de vous ? Enflé ? Désemparé ? Ironique ? Méprisant ? ou  : Conscient, repentant, reconsidérant etc.

Le verset 28, Paul met un frein, un arrêt total dans toute cette pratique volontaire dans l'Église de Dieu. Il dit " S'il n'y a point d'interprète, qu'on se taise dans l'Église, et qu'on parle à soi-même et à Dieu ". Paul ne vous empêche pas de parler en langue, vous pouvez le faire mais pas comme un tambour qui résonne et qui transmet aux oreilles de ceux qui l'entendent des sons incompréhensibles. Nous n'abordons même pas ici la véracité de la langue en question car nous savons qu'il existe des langues qui ne sont pas celles parlées au jour de la pentecôte. À ceci il y en a qui vont dire que c'est la langue des anges qu'ils parlent. Ne vous y trompez pas plus que vous le faites maintenant. Des exemples dans la bible nous montrent clairement que les anges envoyés par Dieu sur la terre auprès de ses serviteurs se faisaient comprendre. Même l'âne de Balaam parlait dans la langue maternelle de Balaam.

 Un vrai chrétien ne peut se mentir ni continuer à mentir systématiquement. Comment un chrétien converti en profondeur, né de nouveau, témoin de ce que Dieu fait dans sa vie puisse se laisser aller dans de tel mensonge ? Le père du mensonge n'a pas le droit de lire dans le coeur d'un enfant de Dieu pour semer sa semence. S'il le fait, c'est parce que ce chrétien lui a laissé une porte ouverte dans son coeur. La porte du je suis doit être fermée car seul Dieu est JE SUIS.

Au niveau de l'interprétation, il y a un grand dilemme : de la fausse interprétation, de l'interprétation arrangée dans certains cas. J"ai moi même été témoin de fausses interprétations dans une église pentecôtiste. L'assemblée était composée de 75% d'Italiens. Les 25% sont des noirs et des blancs d'autre nationalité. Le pasteur n'est pas Italien, il parle la langue couramment, c'est lui l'interprète des langues. Ce qui m'a fait réagir un dimanche c'était la durée du parler en langue versus la durée de la traduction. Au début, je n'y avais pas prêté attention, pourtant  j'étais à ma troisième année dans cette église.  J'ai aussi découvert que la soeur en question ( toujours elle ) parlait en Italien, elle parle un français impeccable, mais elle était une italienne. Pour mettre un frein à cette supercherie, involontairement j'ai eu une expérience personnelle avec elle sur la manifestation du Saint-Esprit. Depuis, elle n'a jamais dit un mot en langue jusqu'à mon départ de cette assemblée, elle ratait des cultes. Pour qui le pasteur traduisait ? Pour nous autres seulement. Il disait de belles actions de grâces dans sa traduction, les frères et soeurs italiens ne faisaient qu'applaudir.

En écrivant le dernier paragraphe, mon subconscient dégage une panoplie de souvenirs d'enfance et d'adolescence. Permettez-moi de partager un avec vous. Je suis né pentecôtiste. J'ai entendu des et des parlers en langue, j'ai vu et entendu des interprètes. Mon père, grand défenseur du parler en langue ( nous sommes dans les années 60 ) s'est fait mettre dehors de son église par celui qui interprétait les langues. Mon père a construit ce temple de 500 personnes avec son argent personnel. Il est nommé patriarche par le surintendant de la mission. Campé contre la dévalisation de la caisse de l'église par l'interprète des parlers en langue, un beau dimanche matin, l'esprit dit et l'interprète agit. Ce qui était drôle dans cette situation, la soeur qui avait cet esprit qui parlait ce dimanche a suivi mon père jusqu'à sa mort. Elle ne savait pas ce qu'elle disait, l'interprète traduisait ce qu'il voulait lui-même traduire dans ses mots pour avoir le champ libre. Je vous épargne d'autres souvenirs de mes 16 ans dans le pentecôtisme. Cependant je vous dirais qu'il y a autant de dangers et de tromperies dans l'interprétation du parler en langue là où cela se fait.

Voir le Le Parler en Langues.- Fin