"Je connais mes brebis et mes brebis me connaissent" dit Jésus

UN peuple dans un peuple

Un peuple dans un peuple.-

Après la résurrection de Lazarre, les principaux sacrificateurs et les pharisiens assemblèrent le sanhédrin, et dirent : Que ferons-nous ? Car cet homme fait beaucoup de miracles. Si nous le laissons faire, tous croiront en lui, et les Romains viendront détruire et notre ville et notre nation. Le souverain sacrificateur Caïphe leur dit : Messieurs, vous ne réfléchissez pas qu'il est de votre intérêt qu'un seul homme meure pour le peuple, et que la nation entière ne périsse pas. ( Jean 11 verset 47 à 50 )

Aux versets 51 et 52, Jean, animé par l'Esprit de Dieu dit que Caïphe cette année-là, prophétisa que Jésus devait mourir pour la nation. De plus, ce n'était pas pour la nation seulement; c'était aussi afin de réunir en un seul corps les enfants de Dieu dispersés. Les enfants de Dieu sont dispersés où ? Dans le système religieux. Plus tard après l'arrestation de Jésus, le conseil de Caïphe aux juifs à savoir qu'il est avantageux qu'un seul homme meure pour le peuple, arrive à son terme. Le sang de Jésus va couler pour son peuple.       

Nous lisons dans Actes 15 quelques hommes venus de la Judée enseignaient les frères, en disant : Si vous n'êtes pas circoncis selon le rite de Moïse, vous ne pouvez pas être sauvés.  Paul et Barnabas eurent avec eux un débat et une vive discussion, et, ces frères décidèrent que cette question soit traitée à Jérusalem devant les anciens et les apôtres. Arrivés à Jérusalem après de fructueuses visites missionnaires, Paul et Barnabas furent reçus par l'Église, les anciens et les apôtres. Ils racontèrent tout ce que Dieu avait fait avec eux parmi les païens. Quelques-uns des pharisiens qui avaient cru se levèrent en disant qu'il fallait circoncire les païens et exiger l'observation de la loi de Moïse.

 Une grande discussion s'étant engagée, Pierre se leva, et leur dit : Hommes frères, vous savez dès longtemps que Dieu a fait choix parmi vous, afin que, par ma bouche, les païens entendissent la parole de l'Évangile et qu'ils  crussent. Pierre continue en disant : Pourquoi tentez-vous Dieu en mettant sur le cou des disciples, un joug que ni nos pères ni nous n'avons pu porter ? Toute l'assemblée garda le silence, et l'on écouta Barnabas et Paul qui racontèrent tous les miracles et prodiges que Dieu avait faits par eux au milieu des païens.

Jacques, peu après prit la parole et dit : Hommes frères écoutez-moi ! Simon a raconté comment Dieu a d'abord jeté ses regards sur les nations pour choisir du milieu d'elles un peuple qui portât son nom. Dieu choisit au  milieu de chaque nation un peuple pour porter son nom. Dans la nation américaine, Il choisit un peuple, dans la nation française, Il choisit un peuple, dans les nations haïtienne, espagnole, anglaise, allemande et enfin dans tous les continents de la terre, Dieu choisit un peuple au milieu de ce peuple pour porter son nom. Ce peuple, une fois choisi, est sanctifié c'est-à-dire, Dieu le met à part pour Son service. Ce peuple doit se soumettre aux lois de Dieu, il doit avoir une autre éducation, d'autres moeurs, d'autres façons de voir, de penser, de faire, d'agir et réagir. Ce peuple est doté d'une nouvelle naissance. La première naissance doit disparaître sans laisser de trace quelconque.

Ce peuple fait partie du ministère de la réconciliation, le ministère de changement, le ministère qui renouvelle l'intelligence car c'est l'Esprit de Dieu qui le contrôle. Partout où se trouve ce ministère, le langage est pareil, le sentiment est pareil, l'esprit est pareil comme il est écrit dans 1 Corinthiens 1 au verset 10. Ce peuple marche dans la même doctrine, le même enseignement, la même adoration. Qu'il soit de couleur rouge, noire, blanche ou jaune, en tant que peuple de Dieu, il n' y a aucune différence. Nous lisons dans Apocalypse 5 aux versets 8 et 9 des paroles réconfortantes nous concernant. Les 24 vieillards disent à l'agneau ( Jésus ) : Tu es digne de prendre le livre, et d'en ouvrir les sceaux ; car tu as été immolé, et tu as racheté pour Dieu par ton sang des hommes de toute tribu, de toute langue, de tout peuple et de toute nation ; tu as fait d'eux un royaume et des sacrificateurs pour notre Dieu, et ils règneront sur la terre. Réfléchissez-bien : Il n'a pas racheté les hommes mais des hommes parmi d'autres hommes de chaque nation.

Au moment où ces hommes rachetés se rencontrent, de par leur langage, de par leur attitude, de par leur comportement, de par leur esprit, de par leur enseignement etc, ils se reconnaissent et savent dans l'immédiat qu'ils sont du même peuple. C'est déja arrivé à Paul et Barnabas quand Jacques, Pierre et Jean ont entendu leur Évangile. Ils ne s'étaient jamais rencontrés auparavant pourtant ils avaient le même message. Paul dit : Ayant reconnu la grâce qui m'avait été accordée, Jacques, Céphas et Jean, qui sont regardés comme des colonnes, me donnèrent, à moi et à Barnabas, la main d'association ( Galates 2 verset 9 ). Nous voyons dans Actes 18 aux versets 24-26 un Juif nommé Apollos, homme éloquent et  versé dans les Écritures. Apollos enseignait avec exactitude ce qui concerne Jésus. Cependant, il avait besoin d'un Aquilas et d'une priscille pour lui exposer plus exactement la voie de Dieu. N'est-ce pas merveilleux ? Apollos avait de la connaissance mais il en manquait. Les hommes de Dieu se reconnaissent, ils se supportent et se complètent. C'est ce que nous appelons : L'UNION DES FORCES. Ce sont des aigles.

Ainsi est-il qu'un peuple dans un peuple n'est autre qu'une sélection dans chaque nation. Ce peuple doit être un modèle pour tous ceux qui se réclament de Dieu. Ce peuple ne doit pas s'adapter à l'évolution de ce monde ni aux choses de ce monde. Le monde entier est sous la domination du malin mais ce peuple est de Dieu ( 1 Jean 5 : 19 ). Ce peuple reçoit de la part de Dieu par rapport à Christ une grande grâce afin de non seulement croire en lui mais encore de souffrir pour lui ( Philipiens 1 : 29 ). Sortez du milieu d'eux et séparez-vous dit le Seigneur à son peuple ( 2 Corinthiens 6 : 17 ). D'après vous, il faut sortir du milieu de qui ou de quoi, il faut se séparer de qui ou de quoi ?

RÉFLÉCHISSEZ ET JOIGNEZ LE PEUPLE DANS UN PEUPLE.

 

Que Dieu Vous bénisse abondamment par Son fils Jésus le Christ.

Pasteur Édouard